ICRONOS festival international du film archéologique
ICRONOS fête ses 30 ans du 23 au 27 octobre 2017 au musée d'Aquitaine en organisant une rétrospective des 15 éditions passées du festival, depuis 1988!
Retour menu accueil...
   

 
Mot clé :
Thème :
Famille :
Pays :
durée :
 
Signalez-nous
un film
qui n’est pas dans notre base !

 
XVIe Festival International du Film d'Archéologie de Bordeaux
Le prochain festival ICRONOS se tiendra en octobre 2018.
Les inscriptions pour ce festival ouvriront en décembre 2017.

Rendez-vous l'année prochaine pour un nouveau festival !
 
Actuellement 476 films dans notre base de données
> Vos critères de recherche : Mot clé : AUCUN
Thème : TOUS Pays : TOUS
Famille : TOUTES Durée : TOUTES
Résultat de votre recherche :  476 film(s) trouvé(s) !
Trier par :   Titre français  Année réalisation  Durée (+long au +court)
In the land of the black pharaohs
(Titre original : "Sur les traces des Pharaons noirs")
 
Charles Bonnet est une sommité dans le monde de l’archéologie européenne. Ce genevois, vigneron à l’origine, fouille le nord du Soudan depuis 40 ans. Ses travaux ont permis de montrer l’importance de la civilisation nubienne, celles des fameux « pharaons noirs », et du site de Kerma, premier grand royaume africain. Les découvertes majeures qui lui et son équipe ont faites permettent au peuple soudanais, déchiré par des dizaines d’années de guerre civile, de redécouvrir une partie de son identité…
Ce film nous permet de suivre les pas de Charles Bonnet et de la mission archéologique qu’il dirige. L’équipe est composée d’une dizaine de chercheurs parmi lesquels Mathieu Honegger, jeune préhistorien qui vient de découvrir à Kerma la plus ancienne nécropole de la vallée du Nil, et Louis Chaix, ancien moine bénédictin et archéozoologue retraité, qui continue de venir chaque année au Soudan.
 

Inagina,the last house of iron
(Titre original : "Inagina, l'ultime maison du fer")
 
Bien que la métallurgie du fer soit pratiquée en Afrique depuis près de 3000 ans, les techniques complexes qui lui sont liées sont en voie de disparition : les dernières fontes de minerai ont été effectuées en divers lieux entre 1920 et 1970.
L'activité séculaire des forgerons, peu à peu tombée dans l'oubli, a été remplacée par celle du forgeage d'objets de fer importés de l'Occident, comme les vieux rails ou les carcasses de voitures.
Sollicités par Eric Huysecom, chercheur au département d'anthropologie de l'Université de Genève, onze forgerons dogons du Mali, détenant encore les secrets de cette activité ancestrale, se sont réunis une dernière fois pour invoquer les esprits, creuser une mine, fabriquer le charbon de bois et construire un fourneau de terre et de scories. Ce dernier, appelé "inagina", littéralement la maison du fer, a "accouché" de 25 kilos d'un fer d'excellente qualité. Cette matière brute a permis aux artisans de forger les outils traditionnels destinés à l'agriculture, à l'armement et à la parure du peuple dogon. Les différents objets utilisés et fabriqués à cette occasion seront bientôt exposés au Musée d'ethnographie de la ville de Genève.
Ce film, tourné en 1995, fait ainsi revivre une expérience unique, où les résultats des analyses scientifiques complètent les aspects sociaux et magiques liés à ces opérations, tout en démontrant la maîtrise absolue du savoir-faire de ces derniers "maîtres de fonte" africains. Les diverses activités, exclusivement masculines, s'égreinent au fil de la saison sèche, sur une palette nuancée de bruns et de jaunes.
L'association du chercheur de terrain au caméraman Bernard Augustoni, au monteur Bruno Saparelli et à l'écrivain et acteur Armen Godel conduit, au delà de l'observation scientifique, à la réalisation d'un film relevant le défi d'allier technique, esthétique et émotions dans une aventure commune.
 

Interroger l'art pariétal
(Titre original : "Interroger l'art pariétal")
 
Etude de la célèbre "Frise noire" (7m de long, 2m de haut) de la grotte de Perch-Merle.
Etude minutieuse des 25 figures animales révélant que la frise a été réalisée probablement en mois de 2 heures par un seul artiste préhistorique.
 

Jean Bottéro : nouvelles de Mésopotamie
(Titre original : "Jean Bottéro : nouvelles de Mésopotamie")
 
Epigraphiste, poète (il traduit Gilgamesh, la première épopée jamais écrite), spécialiste des religions, Jean Bottéro raconte la Mésopotamie. En compagnie de Guy Savoy, il parle de cuisine et de l'évolution des goûts ; il revisite les superbes salles du Louvre consacrées à la Mésopotamie ; il explique le travail de l'épigraphiste. Enfin, un grand voyage en Syrie le conduira sur les lieux de fouilles (Mari, Terca, Ebla) où il travailla il y a quelques années. Homme de terrain et homme de texte, Jean Bottéro est un savoureux conteur qui sait faire passer simplement et avec humour ses grandes connaissances. Les images tournées au Louvre, aux musées d'Alep et de Damas et dans la région du Moyen Euphrate permettront de mieux appréhender la prodigieuse épopée de cette civilisation aujourd'hui trop oubliée.
 

Jéricho, du mythe à l'histoire
(Titre original : "Gerico, dal mito alla storia")
 
Le programme veut documenter le travail conjoint de la Mission italo-palestinienne qui opère dans le site millénaire de Jéricho depuis 1997. Une collaboration brusquement interrompue en l’an 2000 suite à l’aggravation dramatique des événements qui caractérisent encore aujourd’hui le conflit israélo-palestinien. A travers le témoignage des deux directeurs de la mission, sont racontés l’histoire de la ville, l’engagement scientifique d’archéologues, experts et ouvriers, le regret de tous de n’avoir pu poursuivre cet important projet de coopération.
Jéricho devient donc l’un des symboles les plus dramatiques de l’histoire de l’homme, atteinte aujourd’hui dans l’un de ses témoignages les plus précieux.
 

Jérusalem, les portes du temps
(Titre original : "Jérusalem the gates of time")
 
L'histoire de la restauration de la vieille ville de 1967 à 1987.
 

Jour de fouilles
(Titre original : "Jour de fouilles")
 
A Rigny-Ussé, en Touraine, l'église, construite aux 11 et 12èmes siècles, était entourée d'un vaste cimetière médiéval abritant des maisons. Sur ce site se déroule les activités d'un chantier-école, où des jeunes s'initient aux différentes techniques de fouilles.
La journée débute par l'apprentissage de la circulation sur les planches et de l'utilisation d'un certain nombre d'outils permettant de déblayer et d'extraire les objets découverts.
Elle se poursuit par l'apprentissage des techniques de dessin et de calcul des coordonnées : quadrillage, report des dessins sur un plan d'ensemble, relevés de coupe...
L'après-midi est consacré à différents ateliers : l'atelier de céramique où est traité le mobilier (tessons de poteries, clous de cercueils...) et l'atelier d'anthropologie où sont étudiés les ossements.
Les jeunes procèdent aux opérations de nettoyage, de marquage des numéros de couche sur les objets et de datation. Dans l'atelier de topographie, ils mettent en pratique les techniques de mesure des altitudes avec la lunette et la mire. Puis les activités de fouilles reprennent, tandis que se déroule une visite du chantier.
A la fin de la journée, les jeunes bâchent les fouilles afin de les protéger de l'humidité.
 

Jublains, la disparition d'une cité antique
(Titre original : "Jublains, la disparition d'une cité antique")
 
Jublains est une ville gallo-romaine de l’Ouest de la France qui a conservé de nombreuses ruines de ses bâtiments publiques : temple, thermes, théâtre, ainsi q’une énigmatique forteresse. Créée au Ier siècle sur le modèle des villes antiques, elle a progressivement décliné et perdu son statut de capitale de cité. Les récentes fouilles dirigées par l’archéologue Anne Bocquet permettent de mieux saisir l’évolution de l’urbanisme : une mise en place tardive et un échec partiel dans le projet d’urbanisme. A travers le destin d’une jeune esclave nommée Fortunata, revivez l’histoire de cette ville antique. Premier documentaire réalisé par des jeunes de 23 ans, avec un budget réduit mais avec une passion pour le patrimoine local, le film fait la synthèse de plusieurs siècles de fouilles sur la ville antique de Jublains.
 

 
 

 
2003 © Copyright icronos. ICRONOS - 100 rue Malbec - 33800 Bordeaux - Renseignements : 05.56.94.22.20 - Email :icronosafifa@gmail.com